Les ancêtres, combien sont-ils?

Ancetres2

Les ancêtres

Depuis les débuts de l’Association, plusieurs membres dont 4 archivistes-généalogistes se sont penchés sur la recherche et l’identification des divers ancêtres ROY (ou Leroy ou LEROY ou LeRoy) qu’on trouve au temps de la Nouvelle-France. Ils ont parcouru les bibliothèques, les centres et sociétés de généalogie pour rechercher les documents originaux, sans mentionner la consultation en ligne de divers sites de généalogie comme le site des Mormons, le Fonds Drouin-Pépin numérisé et des sites outre-mer.

La première liste, au moment de la fondation de l’AFROY-A, en 1995, faisait état de 21 ancêtres premiers, d’où les 21 grains de l’épi qu’on trouve sur nos armoiries; 21 grains d’un côté pour les hommes pionniers et 21 grains de l’autre pour les femmes pionnières. Par la suite, la recherche s’est poursuivie pour arriver à nommer jusqu’à 29 différentes souches de Roy aucunement reliées entre elles.

Depuis quelques temps, j’ai révisé chacun de ces ancêtres premiers pour m’assurer que chacun avait des descendants connus selon la ligne agnatique (1) Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que seulement 24 d’entre eux avaient véritablement laissé des descendants jusqu’à nos jours. Pour les 5 autres, je n’ai pu trouver, avant leur décès, soit un descendant mâle ou femelle, soit une descendance (ligne agnatique) qui se serait éteinte à la 2e ou 3e génération, ou soit une descendance cognatique (2) qui n’a pas retenu le patronyme Roy.

Michel Langlois dans son Dictionnaire biographique des ancêtres québécois rapporte le même nombre d’ancêtres Roy, soit 24. De ce nombre, 15 sont des ancêtres masculins dont j’ai trouvé des descendants pour 13 d’entre eux. Il inclut aussi 9 femmes ancêtres qui étaient, pour la plupart, des ¨Filles du Roy¨.  Elles sont également considérées comme étant des ancêtres.  Toutefois, leurs descendants ont tous porté un autre patronyme que ROY. Mentionnons que la période couverte par Michel Langlois va de 1608 à 1700.

Si on consulte le Dictionnaire généalogique Tanguay, il pourrait même y en avoir une quinzaine d’autres susceptibles d’avoir laissé des descendants. D’ici peu, je me pencherai sur ces nouveaux cas possibles afin d’approcher du nombre le plus près possible de la réalité. Donc, la recherche continue.

Pour votre information, nous possédons à l’Association une banque de données des descendants de 22 des 24 ancêtres.  Les 2 autres sont présentement en construction. De volume inégal, les banques de données contiennent entre une centaine de noms pour certaines  et plus de 13 000 noms pour d’autres.

L’étude de ces 24 familles nous permet aussi de les regrouper, selon le lieu de leur mariage, de la manière suivante :

– 3 de ces ancêtres se sont mariés en France avant d’arriver en Nouvelle-France.
– 10 se sont mariés à Québec (ou environ)
– 10 se sont mariés à Montréal (ou environ)
– 1 s’est marié vraisemblablement en Acadie.

GuyRoy

 

 

 

 

 

 

 

Recherche : Guy Roy, membre #343

——
1) la généalogie selon  la lignée agnatique ; généalogie qui s’intéresse uniquement à l’ascendance masculine d’une personne, celle qui transmet le patronyme à ses enfants ;
2) la généalogie selon la lignée cognatique ;  généalogie d’une personne dont les ascendants ou descendants ne portent pas le même nom, en particulier ascendance ou descendance  par les femmes ;